23.09.2019
Road trip de l'île de Ré au Maroc. Chapitre 2.

Après leur escapade en Espagne, Maxime et Anaïs se retrouvent au Maroc pour découvrir une nouvelle culture, de nouveaux paysages, un dépaysément des plus total. Longeant la côte marocaine, le jeune couple s'apprête à traverser le pays pour dénicher quelques spots de surf non moins méconnus comme la mythique vague de Safi et d'autres un peu plus reculés.

 

Road trip de l'île de Ré au Maroc avec Maxime et Anaïs
Chapitre 2 : Quêtes de vagues et d'authenticité

 

"Environ 1500 km nous séparent de notre île mais plus qu’une trentaine du continent africain. C’est entre l’excitation de l’inconnu et l’inquiétude d’une traversée difficile liée aux conditions météos défavorables que nous finissons par embarquer sur le ferry. Après quelques plateaux renversés au bar par les mouvements du bateau face à la houle formée par le vent, nous arrivons au Maroc.

 

Km 1605 - Tanger : Douglas, Tiphaine, Maxime et moi étions d’accord sur le fait d’éviter les grosses villes pour ce voyage. Nous avions un objectif : surfer tout en découvrant différentes facettes de ce pays riche en contrastes qu’est le Maroc. La côte n’étant souvent pas le reflet de toute une culture, il nous fallait faire un passage dans les terres. Une fois débarrassés des formalités douanières, nous avons repris notre route, direction la fameuse ville bleue au pied des montagnes du Rif, Chefchaouen.

 

Km 1690 - Chefchaouen : Arrivés de nuit, nous avions choisi un petit hôtel en dehors de la médina qui nous a permis de laisser les véhicules et visiter la ville à pied en toute sérénité. Si l’origine de ce bleu ambiant semble faire débat, l’enchantement est garanti ! Les nuances de bleus nous plongent immédiatement dans un univers presque féerique où tous les sens sont en éveil !


voyage maroc

 

Km 1885 – Meknès : On avait hésité avec Fès, une autre des 4 villes impériales du pays, mais nous avons préféré éviter la foule et surtout, de nous perdre dans le labyrinthe de sa médina. La route qui sépare Chefchaouen de Meknès est plus que dépaysante, les champs d’oliviers à perte de vue, culture qui remonte à l’Antiquité, les couleurs chaudes des sols, le site archéologique de Volubilis qui nous a fait voyager dans le temps… Une fois arrivés à Meknès, nous avons dormi dans l’enceinte même du Palais Royal. Un dépaysement des plus total ! L’architecture nous transporte, une véritable immersion dans l’univers des Mille et une nuit, un autre visage du monde arabe.

 


voyage maroc

voyage maroc

 

 

Km 1950 - Une matinée à Azrou : quelques kilomètres de plus, nouveau décor, le Parc National, les cèdres majestueux ; objectif : voir de nos yeux la neige du Moyen-Atlas, les singes de Barbarie ! Détour par Ifrane, « la petite Suisse » marocaine, la région abrite la deuxième station de ski du pays, parce que oui, on peut aussi skier au Maroc ! On a trouvé qu’Ifrane manquait une peu de charme avec ses petites bâtisses et chalets à l’architecture européenne, héritage de la colonisation française ; ou du moins, ce n’est pas ce que nous étions venus chercher. On a largement préféré se plonger dans l’authenticité du Parc National d’Azrou et ses alentours.


Nos pérégrinations dans les terres marocaines s’arrêteront là. Une belle houle est prévue pour le début de la semaine. On décide de se garder l’Atlas, le centre du pays pour de prochaines aventures. On remonte vers Rabat pour un direct au plus rapide vers l’Atlantique ! On sait que 400km nous séparent de notre prochain stop mais l’appel des vagues est plus fort et il faut dire qu’en dehors des bouchons autour de la capitale marocaine et Casablanca, la route est bonne ! Nouveau contraste, la modernité des autoroutes semble en totale opposition avec le quotidien des bergers qui les traversent avec tout leur troupeau et les charrettes tirées par des ânes... Des images que l’on est pas prêts d’oublier.

 


voyage maroc

voyage maroc

Km 2350 - El Jadida : ancienne citée portugaise. On a eu la chance d’y rencontrer Lionel, qui nous a guidé à travers cette petite ville encore peu fréquentée par les touristes étrangers. Malgré la pluie, on a aimé le calme de la cité fortifiée, le charme de ses rues colorées, le métissage architectural, on se souviendra de notre première harira, soupe typique marocaine, sur un petit stand en plein coeur du souk… Bref, à une centaine de kilomètres au Sud de Casablanca, la pause idéale, ressourçante après la route et juste avant l’arrivée de la houle ! On se rapproche des vagues et le repérage des spots du coin depuis les remparts de la cité nous met dans l’ambiance, hâte d’en découvrir davantage !


voyage maroc

voyage maroc

 

Km 2500 – Safi : Port de pêche important pour le pays, capitale de la poterie marocaine, la ville est connue pour sa vague world class, qui pour beaucoup figurerait dans le top 10 des meilleures vagues du continent africain, voire même du monde ! C’est en tout cas, LA vague puissante du Maroc, une droite creuse, rapide mais capricieuse qui peut dérouler sur 1000m avec plusieurs sections tubulaires.

 

Sur ce premier passage, on aura vu à quel point il faut être chanceux pour l’avoir belle ! Même si la vue du haut de la falaise laisse deviner le potentiel du spot, la houle manque finalement de période donc de puissance, ce sera session découverte et entraînement pour Maxime. Spot un peu bondé, 1m50 à la série, un léger clapot, juste de quoi prendre ses marques dans l’eau mais pas que ! Ces deux nuits sur place, nous ont permis de faire plus ample connaissance avec la communauté surf du coin. L’endroit à ne pas louper à Safi, le Riad du Pêcheur ! Mehdi, le propriétaire, acteur important de la vie locale et fervent défenseur du spot, a su créer un lieu d’échange et de rencontre pour les surfeurs du monde entier, amateurs ou professionnels. Nous sommes maintenant mardi 19 février, de sources sûres, la houle doit prendre sérieusement dans quelques jours. En l’attendant, deux options : rester sur place ou descendre plus au sud. La soif d’aventures et de nouveaux horizons prend le pas sur le besoin de repos, on reprend la route.

 


voyage maroc 

surf trip bali

voyage maroc

voyage maroc

voyage maroc
 

Km 2650  Sidi Kaouki – Plus exactement, Ouassane à quelques kilomètres au Sud d’Essaouira, on a trouvé notre havre de paix au Maroc ! Après un déjeuner improvisé dans les ruelles animées d’Essaouira, on a laissé la route nous guider jusqu’à ce petit village familial. Le hasard des rencontres, un timing parfait nous ont mené, eux, jusqu’à Rachid, notre hôte pour les jours à venir ! Simplicité, sourire, bonne bouffe (hummm, le couscous traditionnel du vendredi !) et un cadre incroyable, sauvage pour surfer, que demander de plus ?! Cap Sim, une vague qui se mérite car à moins d’avoir un gros 4x4 ou une voiture qui ne craint rien, il faudra une petite heure de marche pour rejoindre le spot. A raison de deux sessions par jour, on devrait presque rajouter ces kilomètres au compteur ! La vague, une longue droite, pour manoeuvrer et réaliser de belles courbes fera le bonheur des amateurs de fish ou planches rétros. Maxime se sera fait plaisir avec la Quartet de Neal Purchase et son Go Fish Machado. Après quelques jours de slow life, de surf, entourés par les poules, les ânes, les chèvres, les dromadaires, la nature environnante, une vue imprenable sur l’Océan, il est temps de retrouver la civilisation et de voir ce que le fameux pointbreak de Safi a dans le ventre !

 


voyage maroc 

voyage maroc

voyage maroc
 

Nous pensions pouvoir descendre jusqu’à Sidi Ifni, en bordure de Sahara, surfer, partir à la rencontre de nouveaux paysages, des oasis, mais nous nous sommes laissés porter par la houle et la deadline du retour approche… Il va bientôt falloir rentrer..."

 

Pour ne pas rater le prochain chapitre de ce road trip, suivez OXBOW sur Instagram et Facebook ! Suivez aussi les aventures de Maxime et Anaïs ! Crédit photos : Douglas / Sweet IceCream Photograp.

Partagez cet article