17.06.2019
Road trip de l'île de Ré au Maroc. Chapitre 1 : la route du soleil

Maxime et Anaïs aiment voyager. L'été, le jeune couple dirige leur école de SUP Papaï Paddle sur la Plage des Gollandières à l'île de Ré, l'hiver ils s'envolent vers des destinations plus chaudes à la recherche de vagues et de soleil. Après le Mexique et la Guadeloupe, cet hiver n'aura pas échappé à la règle. Cette fois-ci, ils ont eu envie de prendre la route vers le Sud : direction le Maroc. Avec sur le chemin, comme chaque voyage, de belles rencontres humaines, culinaires et culturelles. Ils prennent la parole sur le blog pour nous raconter leur aventure...

 

Road trip de l'île de Ré au Maroc avec Maxime et Anaïs

 

"Après un petit séjour d’à peine 15 jours à surfer dans les eaux turquoises et chaudes de Guadeloupe en janvier, nous n’étions pas rassasier ! Nous avions besoin de faire le plein de dépaysement, de découverte et d’aventure surfistiques ! C’est accompagné de notre ami et photographe Douglas de Sweet Ice Cream Photography que nous avons décidé de prendre la route vers le soleil marocain.

 

Km 0 - Douglas et Tiphaine dans leur T3 Wolfswagen, Maxime et moi à bord de notre Jeep Compass, nous quittons l’Ile de Ré, le 11 février à 7h du matin, sans destination précise autre que la côte marocaine, une feuille de route vaguement établie, prêts à changer de point de chute à tout moment en fonction des houles attendues et annoncées.

 

Km 376 - Premier stop : pause déjeuner à Capbreton. Nous avions parlé de faire notre première nuit à Mundaka, la célèbre gauche basque-espagnole, finalement la houle n’est pas prometteuse, nous prenons la décision de rouler dans les terres et de traverser l’Espagne.

 

Km 895 - Direction Salamanque pour notre première nuit. Le soleil déjà couché à notre arrivée, nous découvrons une ville calme, à l’architecture riche et soignée. Le lendemain, au réveil, nous nous donnons rendez-vous sur la place centrale, afin de nous mettre d’accord sur notre prochaine étape. Déjà tous séduits par le rythme de vie à l’espagnole, nous décidons de prendre notre temps avant de rejoindre le continent africain et de profiter de la douceur de vivre andalouse.

 


surf trip bali

surf trip bali

 

 

Km 1359 - Notre second stop espagnol sera Séville, la ville aux orangers, histoire de se faire une pause culturelle pour apprendre, savourer... Un micro citytrip dans notre quête de nouvelles vagues. Pour ne rien louper de l’ambiance de la ville, nous avons pris un petit hôtel dans le centre, à l’architecture arabo-andalouse, typique de la zone. Plus qu’à faire le plein de tapas ! Au détour d’une petite rue, une bonne adresse pour tapear à Séville : El Rinconcillo ; un décor authentique et local comme on les aime ! Parce que voyager est pour nous synonyme d’enrichissement à tout point de vue, nous nous sommes donnés le temps de visiter le célèbre Palais Alcazar, un monument emblématique de la ville. Plus qu’1h30 de route pour rejoindre la côte !

 


surf trip bali

surf trip bali

surf trip bali

surf trip bali

 

Km 1508 - Prochain arrêt à 150km de Séville: Conil de la Frontera, l’un des villages blancs d’Andalousie. Après 48h, la côte nous manquait déjà ! Une belle découverte ! Nous-y retrouvons des amis de notre île, Séb et Marina, sur la plage d’El Palmar. Le spot rappelle les vagues landaises, beachbreak multi peaks, plusieurs kilomètres de sable doré, la dune à traverser en moins. Le vent nous fait remettre la session au lendemain matin. Il ne nous empêchera pas de profiter d’un bon poisson grillé, pêche locale du jour entre copains, à Los Caños, au pied du Phare de Trafalgar. Le cap du même nom, limite nord-ouest du Détroit de Gilbraltar, est le point de rencontre entre l’Océan Atlantique et la Mer Méditerranée. Un symbole intéressant, dans quelques heures, nous quitterons le continent européen sur cette note poétique, à la rencontre, de notre côté, d’une nouvelle culture, d’un tout autre style de vie...

 

Un bonne nuit de sommeil, une petite session au lever du jour pour Maxime malgré une houle qui manquait un peu de puissance, suivie d’un dernier stop andalous à Vejer de la Frontera, plus que 45 minutes de route pour rejoindre le ferry qui nous emmènera au Maroc.

 


surf trip bali 

surf trip bali

surf trip bali

surf trip bali
 

Km 1573  Tarifa : 360 jours de vent par an, paradis pour les amateurs de windsurf ou kitesurf ! Seulement 14km environ séparent la ville du continent africain, si près du but et pourtant... Le vent souffle tellement fort ce 15 février que nous ne sommes pas sûrs de pouvoir prendre la mer... Les deux compagnies sont sur le point d’annuler toutes les traversées de l’après-midi à cause du vent s’annonçant de plus en plus fort... Seul bémol, il n’est pas prévu qu’il baisse dans les jours à venir mais au contraire, il ne fait qu’augmenter... Nous allons peut-être devoir revoir nos plans, rester en Espagne encore quelques jours... Nous ne voulions pas non plus débarquer de nuit à Tanger et voulions reprendre la route aussitôt... 16h passé, on a dépassé l'heure de départ prévue, ciel gris, pluie, une mer déchaînée, le capitaine finit par autoriser la traversée... On peut enfin prendre nos billets, on suit le mouvement et les instructions jusqu’au bateau, sans vraiment savoir ce qui nous attend, pas tout à fait certains d’avoir pris la bonne décision..."

 

Pour ne pas rater le prochain chapitre de ce road trip, suivez OXBOW sur Instagram et Facebook ! Suivez aussi les aventures de Maxime et Anaïs ! Crédit photos : Douglas / Sweet IceCream Photography.

 

Partagez cet article