25.04.2018
WSL Big Wave Awards : Pierre Rollet raconte ses deux vagues à Nazaré

Notre ambassadeur Pierre Rollet revient sur deux vagues incroyables surfées cet hiver à Nazaré et nominées aux Big Wave Awards de la World Surf League ! 

 

La vague du 8 novembre 2017 : nominée dans la catégorie Biggest Wave Award 

"Sur le papier, c'était la première très grosse houle de l’année…. Deux jours avant l’arrivée de celle-ci, après discussion avec Justine Dupont, Fred David et Julian Reichman, je décide de prendre la route  pour Nazaré. À nous quatre, nous avons constitué une équipe surf et sécurité.

  

Le jour J, la houle est bien présente et le vent parfaitement offshore. On distingue au lever du jour depuis la falaise des vagues magnifiques. C’est gros, et on décide de faire uniquement du tow-in (surf tracté par jet ski). Partisan du surf de très grosses vagues à la rame, il faut parfois se rendre à l’évidence et admettre que les conditions sont trop difficiles (challenge trop risqué) pour tenter de prendre les vagues à l’unique force des bras.

 

Ce n’est que sur les coups de 13h, après avoir fait la sécurité de mes partenaires, que je décide de me mettre à l’eau ! Après deux ou trois vagues d’échauffement, Fred (pilote du jet ski), voit au large une très belle série arriver. Tous les équipages partent à l’assaut de celle-ci et en oublient la première vague que nous décidons de prendre. Parfaitement placés, nous partons contre bowl, et à ce moment là tout commence...

 
Pierre Rollet Nazaré Portugal
 
 

Tout va très vite mais j’encaisse tous les clapôts dans la descente. Mon objectif, aller faire un gros bottom en bas de vague pour prendre un maximum de vitesse. À Nazaré tout ne se passe pas comme prévu. Au milieu de la descente, j’aperçois loin devant moi une ombre… Celle de la vague ! J’ai tout de suite su à ce moment là que la ligne prévue ne serait pas la bonne et une fraction de secondes plus tard, la vague m’engloutie...

 

Une violence extrême… Je me fais passer dessus par un autobus. J’enclenche alors  la première cartouche de mon gilet gonflable. Je remonte à la surface et là…. Personne mis à part une seconde vague gigantesque qui m’attend à bras ouverts… C’est reparti, seconde séance d’essorage à la machine à laver. Je déclenche alors une seconde fois mon gilet gonflable car celui-ci a laissé l’air s’échapper par la valve de sécurité à l’impact de la vague.

 

Ça dure, ça dure…. Je remonte enfin et là Fred vient me chercher. Il me tend la main mais, tellement concentré sur la troisième vague qui arrive, je ne fais même pas attention à lui, je plonge… Un troisième déclenchement de cartouche s’impose !

 

 

La quatrième vague arrive, Julian et Justine arrivent avec le Jet ski de sécurité mais je ne calcule personne (je n’attrape pas la main que mes camarades me tendent pour me sortir de cette galère). Je me laisse engloutir et déclenche la quatrième et dernière cartouche de mon gilet gonflable ! Sous l’eau, je commence à vraiment me laisser aller… Je sors la tête de l’eau et Julian est là au dessus de moi avec le jet ski. Il me hisse sur le sled pour me ramener au rivage. Ouf c’était chaud ! Je n’en voulais pas une de plus sur la tête !

 

J’arrive sur la plage et tout s’explique. Personne n’était là entre la première et la seconde vague car le jet ski qui m’a tracté s’est envolé en remontant la vague. Fred a donc dû nager, retourner et redémarrer la machine entre deux vagues de plus de 10 mètres, espacées de peut-être 18 secondes… Chapeau bas, bravo et un grand merci à toute l’équipe !

 

La vague du 17 février 2018 : nominée dans la catégorie Biggest Paddle Award

Le 16 février aura marqué notre saison 2017/2018 par la plus grosse session de l’hiver à la rame. Ce jour-là, nous avons décidé (les surfeurs de notre équipe) d’affronter Nazaré avec nos bras et nos guns alors que la plupart des équipages se faisaient tracter.

 

La houle était très très grosse mais le vent faible  nous laissait une petite chance de démarrer un monstre à la rame. Après des heures et des heures passées dans l’eau avec des cadors de la discipline comme par exemple Twiggy Baker (champion du monde en titre du surf de gros à la rame), je n’ai pas réussi à attraper de vagues. Je ressors de cette session hors normes avec beaucoup d’expérience et aussi fier que si j’avais surfé.

  

Le lendemain matin, la houle est plus petite mais comme le décrit le site de la WSL pour ma nomination aux Big Wave Awards, il reste de très grosses vagues. Cette vague fait partie des nombreuses que j’ai eu la chance d’attraper ce jour.

 
Pierre Rollet Nazaré Portugal
 

Je décide de m’isoler un peu du groupe de surfeurs et de me rapprocher de la falaise pour avoir une belle gauche pleine d’énergie. J’attends, j’attends et celle-ci finit par arriver. Bien formée en pic, en la voyant je me doute que c’est une bonne vague. Je rame très fort et c’est parti ! 

Lors de la descente, le vent s’engouffre un peu sous la planche ce qui me déséquilibre. Grâce au travail réalisé avec mon shaper, celle-ci réagit comme prévu et finit par raccrocher à la partie de la vague. Je n’ai plus qu’à profiter de cette belle gauche qui m’emmènera jusqu’au bord de la plage.

Plaisir, sensations et adrénaline sont au maximum, j’en redemande toujours plus et regagne donc le large grâce au jet ski." 

 
Récit de Pierre Rollet et photos Rafael Riancho. Suivez les aventures de Pierre sur son compte Instagram. Suivez OXBOW sur Instagram et Facebook
Partagez cet article
Live Instagram