20.12.2016
Lost in the Swell : la vie sauvage au Gabon
Voyages | Rencontres avec la faune locale

 

Nos trois ambassadeurs Ewen, Nono et Ronan du collectif Lost in the Swell ont parcouru les côtes du Gabon pour dénicher des vagues vierges. Ils y ont trouvé certes des vagues jamais surfées mais aussi des animaux sauvages et dangereux ! En attendant la sortie du premier épisode vidéo le 11 mars, les trois aventuriers prennent la parole sur notre blog pour vous raconter leurs rencontres avec des éléphants, crocodiles et autres hippopotames...

 

Le trip le plus sauvage de toutes nos aventures 

 

"Le Gabon est un pays équatorial d'Afrique centrale, positionné en face de la Guyane. Il est considéré comme le deuxième poumon du monde : 267 667 km² de superficie couverte à plus de 80 % d'une forêt sauvage et impénétrable. Même Hollywood, juste avant nous, est venu tourner des scènes périlleuses pour le dernier Tarzan ! Sans prétention, nous surfeurs, avons décidé de rester sur la côte et de faire au mieux pour ne pas s'embarquer au-delà...

Le village de Mayumba est joignable par une route terreuse et rougeâtre. De la capitale Libreville, il faut compter une grosse journée de pickup, minimum 12 heures pour s'y rendre si tout se passe bien.

Pour notre sécurité et le respect de la faune locale, nous louons les services d'un éco-garde de l'ANPN (Agence Nationale des Parcs Nationaux) qui nous accompagne quasi à la frontière Congolaise. À 15 km au nord de celle-ci se trouve le premier spot, la première perle, la fameuse « gauche de Bambi » ! Il nous faut parcourir la savane pendant trois jours pour la découvrir. Lorsqu'on arrive sur la plage pour établir un campement, le spectacle ne se trouve pas sur le spot (pas de vagues ce jour-là), mais parterre dans le sable. Des milliers de traces d'animaux nous entourent. On déchiffre rapidement celles des éléphants, mais difficilement le reste...

 

vie sauvage
 
vie sauvage
 

On monte le bivouac à proximité d'une lagune. La nuit tombe, on décide alors d'aller faire le plein d'eau avec les lampes frontales. Soudain deux yeux rouges immobiles nous fixent ! On s'approche et on aperçoit un crocodile et puis un deuxième ! Pas de panique pour récupérer l'eau, ce sont des crocodiles nains. Par contre on ne fait pas les malins quand il faut traverser un cours d'eau à pied. Les nuits sont aussi mouvementées, pas évident de trouver le sommeil sans penser à toutes ces jolies bêtes qui nous entourent. 

 

Dans l'eau, c'est pareil, ça grouille de poissons et de requins-bouledogues ! D'ailleurs il y a tellement à raconter sur les requins que cela fera l'objet d'un article spécial sur le blog d'OXBOW ! Il y a aussi les baleines que vous avez découvert dans notre premier récit.

En dehors de l'eau, notre apprentissage progresse. Anicet, notre éco-garde, nous apprend sur la plage, à lire dans le sable : traces d’hippopotames, crocodiles, buffles, sitatungas, potamochères, mangoustes... Plus rien ne nous échappe ! Mais arrive le moment où il est temps de dire au revoir à notre guide « Ani » pour continuer l'aventure tous les trois...

Plus tard dans le trip, en manque d'eau, nous sommes allés chercher 20 litres à l'aide de nos lifestrow au fin fond de la lagune sur le stand up paddle. Au retour de cette mission et à peine posés sur la berge, deux têtes montreuses d'hippo sortent de l'eau et commencent à s'avancer dans notre direction. Montée fulgurante d'adrénaline ! "Ho la cata ! Cassons-nous !".   

 

vie sauvage

  

vie sauvage

 

vie sauvage

 

vie sauvage  

vie sauvage

 

Un autre grand moment de pure panique, lorsqu'on rencontre une mère éléphante et sa progéniture. On se stoppe au loin pour l'observer, et à peine le temps d'extraire du sac de quoi filmer, elle se met à nous charger ! Sauve-qui-peut ! Il a fallu qu'on abandonne les vélos et qu'on se réfugie n'importe où dans la forêt sans se soucier de ce qui pouvait s'y trouver d'autre ! Seul Ewen est resté de marbre pour tout filmer avec le petit Nikon, jusqu'au moment où son instinct de survie le poussa à déguerpir ! Heureusement le mammifère fit volte face, ce n'était que de l'intimidation...

 

Les éléphants sont tellement majestueux et imposants que nous sommes à chaque fois impréssionnés. On a connu une autre expérience avec Babar lorsqu'on a rencontré une famille entière et que le grand mâle de 3 mètres nous a couru après pendant un bon moment ! On n'a jamais pédalé aussi vite.


Ce n'est pas un surf trip en fatbikes, mais un safari en fatbikes ! On ne s'attendait pas à croiser autant d'animaux sauvages ! Heureusement nous n'avons pas eu de problèmes majeurs et nous avons réussi à filmer toutes ces anecdotes. Vous pourrez les retrouver dans notre film !"   

 

vie sauvage

 

vie sauvage

 

vie sauvage

Écriture Aurèl Jacob. Photos Ronan Gladu.

 

Pour vous faire patienter jusqu'au 10 mars, nous partagerons chaque semaine sur notre compte Instagram et notre page Facebook des photos exclusives de leur aventure !